Rega – Garde aérienne suisse de sauvetage

Importante intervention de nuit en faveur d’un parapentiste

Beaucoup de chance pour ce parapentiste expérimenté dans la nuit de mercredi à jeudi, pris dans les arbres au Malatraix, la montagne abrupte qui surplombe le lac Léman en-dessus de Villeneuve (VD). Sans les efforts conjugués de la Rega, sa capacité à hélitreuiller de nuit, et des sauveteurs spécialisés de la colonne de secours Montreux – Les Rochers-de-Naye, appuyés par la police cantonale et la gendarmerie de Rennaz, l’opération de sauvetage n’aurait tout simplement pas pu être menée.

Sans nouvelles après un premier contact avec l'infortuné, la famille a alerté la Rega ; le téléphone portable du parapentiste était alors hors service. Légèrement blessé, l'homme avait entrepris de rejoindre Villeneuve par ses propres moyens en suivant la Combe du Pissot ; il a été arrêté dans son chemin par une barre rocheuse, un terrain difficile et très escarpé. Sans nouvelles, la famille a signalé sa disparition et déclenché les secours. 

Les maillons de la chaine du sauvetage s'organisent

Suite à un premier vol de recherche, la Rega a repéré la voile bloquée dans un arbre vers 21h30 et constaté que la sellette était vide. La nuit était tombée, l'équipage composé du pilote, du sauveteur professionnel, de la médecin avait embarqué à bord de l'hélicoptère un sauveteur spécialiste du sauvetage héliporté (SSH) et un membre de la colonne de secours. Pour sa recherche de nuit, la Rega a utilisé le Spectrolab, un phare orientable placé sous le museau de l'hélicoptère, ainsi que le pilote ses jumelles de vision nocturne. Le SSH et le membre du CAS ont ensuite été treuillés au pied de l'arbre afin d'effectuer un repérage sur place. Des cris en contrebas ont permis aux sauveteurs partis à pied de localiser l'infortuné.

De leur côté, des sauveteurs de la colonne de secours ont progressé en montée depuis la plaine - ils se sont retrouvés face à une paroi rocheuse d'environ 50 m. Le SSH et son collègue du CAS ont alors été récupérés par la Rega puis treuillés à l'endroit où les cris ont été entendus. En même temps, deux montagnards avertis, membres du CAS, ont entrepris l'ascension de la falaise à la grimpe. Ils ont pu rejoindre l'homme blessé à la cheville. L'équipage a ensuite pu embarquer son SSH et le treuiller près du patient pour le sortir de ce lieu escarpé et l'emmener auprès de son épouse à la Gendarmerie de Rennaz - où les secours se sont réunis au final. Plusieurs treuillages difficiles ont également été nécessaires pour évacuer les différents sauveteurs. Suite à un contrôle médical par la médecin de la Rega, il a pu regagner son domicile tôt jeudi matin.

L'application Rega permet la géolocalisation

Chaque année, la Rega porte secours à une centaine de parapentistes accidentés. Pour ce type de missions pointues, elle s'adjoint les compétences de sauveteurs spécialisés et formés du Club alpin suisse. Pour aider les sauveteurs à connaître le point précis d'intervention, toute personne munie d'un téléphone portable peut télécharger gratuitement l'application Rega. A ce jour elle a été téléchargée plus de 1.33 million de fois et plus de 2'400 missions ont été menées sur la base d'une alarme directement déclenchée via l'application. Toute l'information utile est en ligne sur www.app.rega.ch.

Journée active

L'équipage lausannois a été très sollicité hier, avec deux transferts inter-hospitaliers et trois missions primaires - un cas d'hémorragie cérébrale, des traumatismes aux membres aux Rochers-de-Naye et à la Dôle - un vol de recherche aux Diablerets et le cas précité du parapentiste.