Navigation de service

Panier

Votre panier est vide.

Shop de la Rega

Navigation linguistique

Changer la taille de la police

Recherche

Rega – Garde aérienne suisse de sauvetage, vers la page d'accueil

La technologie au service de la Rega

Pour apporter une assistance aérienne médicale professionnelle 24 h/24, la Rega a besoin de personnel spécialisé et d’aéronefs de pointe ainsi que de solutions technologiques fiables dans les domaines de l’information et de la communication.

Comment tirer parti en toute sécurité des technologies de pointe pour secourir encore davantage de personnes en détresse et continuer d’améliorer la prise en charge des patientes et patients ? Cette question anime la Rega depuis ses origines. Les exploits réalisés hier par les pionniers de la Garde aérienne suisse de sauvetage – par exemple le premier sauvetage direct sur la face nord de l’Eiger à l’aide d’un treuil, ou la première utilisation civile de dispositifs de vision nocturne – étaient tangibles et faciles à appréhender. Aujourd’hui, bon nombre d’évolutions qui ouvrent de nouvelles possibilités aux équipages Rega et les aident à accomplir leurs missions ne sautent pas forcément aux yeux. En effet, elles reposent sur les technologies de l’information, moins visibles mais des plus modernes. C’est le cas de la procédure de vol aux instruments assistée par satellite, qui, en cas de mauvaise visibilité, permet aux hélicoptères de suivre des itinéraires prédéfinis grâce à des données numériques. Les technologies de l’information sont omniprésentes à la Rega : du cockpit des hélicoptères de sauvetage et des avions-ambulance à l’administration, en passant par la prise en charge des patientes et patients, la centrale d’intervention ou encore le hangar. Voici quelques exemples de l’utilité de ces technologies dans les tâches réalisées par le personnel de la Rega.

Outils numériques dans le hangar

L’automatisation et la digitalisation des processus aident les mécaniciens du hangar Rega dans leur travail et contribuent à réduire au maximum le temps d’immobilisation de la flotte. Ils améliorent de surcroît l’efficience et la sureté des opérations de maintenance et de réparation. Cette évolution est analogue à celle observée dans  
le métier de garagiste automobile. Il y a quinze ans, les garagistes résolvaient encore de nombreux problèmes à la main, munis d’une simple clé à molette et de leur savoir-faire ; aujourd’hui, avec les voitures modernes, leur premier réflexe est d’établir un diagnostic au moyen d’une clé USB et d’un ordinateur portable qui livre une analyse des données et des erreurs. Une procédure similaire s’applique au nouvel hélicoptère H145 de la Rega : à la fin de la journée, le pilote insère la carte mémoire de l’aéronef dans un ordinateur qui en lit le contenu et l’enregistre sur un serveur. Ces données numériques disponibles automatiquement renseignent sur l’« état de santé » actuel de l’hélicoptère : usure du matériel, maintenance requise, ou nécessité de changer une pale de rotor, par exemple. À l’avenir, les hélicoptères de la Rega se connecteront en outre automatiquement, dès leur entrée dans le hangar d’une des douze bases d’intervention, au réseau WLAN de la Rega. Cela permettra de mettre à jour automatiquement le système de navigation du cockpit avec les dernières informations relatives aux obstacles à la circulation aérienne, qui représentent un danger important pour les équipages. À l’heure actuelle, cette opération se fait encore manuellement. Cette automatisation permettra non seulement de libérer du temps pour d’autres tâches, mais aussi de renforcer la sécurité, puisque l’équipage disposera automatiquement de données à jour.

Le « cœur » de la Rega

La centrale d’intervention de la Rega exploite toute une constellation de systèmes et de solutions informatiques ; elle tire aussi parti des possibilités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les chef·fe·s d’opération qui œuvrent dans le « cœur » de la Rega traitent les appels d’urgence 24 h/24 et coordonnent chaque année quelque 17’000 missions en Suisse et à l’étranger. L’application Rega, grâce à laquelle les utilisateurs peuvent donner l’alarme par voie électronique, a déjà fait ses preuves lors de milliers de missions 
ces neuf dernières années. En cas d’urgence, elle permet de gagner de précieuses minutes : la position de  la personne est directement transmise au système de gestion des interventions de la centrale et affichée sur une carte numérique.

Coordination des missions héliportées

Globalement, la coordination des inter- ventions héliportées de la Rega à l’échelle nationale pose des exigences différentes que celle des secours terrestres. Une fois mobilisée, une ambulance fonctionne de manière quasiment autonome et opère la plupart du temps dans des régions ou cantons clairement définis. En revanche, le sauvetage aérien ne connaît pas de frontières cantonales, mais agit au niveau suprarégional. En cours de mission, les équipages hélicoptère sont guidés et informés en continu par la centrale  d’intervention. De nuit, en particulier, les chef·fe·s d’opération contribuent ainsi à accroître la sécurité des vols en fournissant à l’équipage des renseignements sur le trafic aérien ou les dernières données en provenance des stations météorologiques de la Rega.

Système de gestion des interventions

L’an dernier, les systèmes de gestion des interventions et de communication de la centrale hélicoptères ont été modernisés : désormais, grâce à l’intégration dans la solution standard d’éléments développés spécifiquement pour la Rega, les chef·fe·s d’opération sont encore mieux soutenus dans leurs tâches exigeantes. Ils peuvent ainsi visualiser rapidement et simplement sur des cartes numériques diverses informations utiles telles que lieux-dits, sentiers pédestres, terrains d’atterrissage pour parapentes ou encore pistes de VTT. Le motif de la mission ainsi que les coordonnées du lieu d’intervention et des personnes de contact sont transmis directement au cockpit par un simple clic de souris. Par ailleurs, le nouveau système de communication permet aux chef·fe·s d’opération de réécouter de façon simple et intuitive des extraits de la conversation avec la personne ayant donné l’alerte – notamment pour s’assurer qu’ils ont compris toutes les informations correctement. Le réseau radio national de la Rega, au moyen duquel les équipages peuvent être contactés directement en tout temps, est en outre parfaitement intégré au système de communication. La prise en charge médicale rapide des patientes et patients passe par une étroite collaboration avec les divers partenaires d’intervention comme, par exemple, les centrales cantonales d’appels  sanitaires urgents. Aujourd’hui déjà, la Rega prête une attention particulière aux interfaces qui relient entre eux les différents systèmes de gestion des inter ventions, dans le but de favoriser à l’avenir une collaboration encore plus étroite au service des patientes et des patients. Si la Rega investit régulièrement dans les nouvelles technologies, notamment en matière de gestion des alertes et des interventions, c’est qu’elle est convaincue que ces investissements se traduisent par une amélioration directe de l’assistance médicale aérienne.

Des applications à l’usage des médecins

Des solutions digitales sont déployées non seulement à la centrale, mais aussi sur les lieux d’intervention. Les médecins de la Rega recourent à des applications mobiles dans le cadre de la prise en charge des patients. Au besoin, ils peuvent ainsi vérifier la posologie  de certains médicaments, par exemple dans les soins aux bébés. Une autre application destinée aux médecins Rega fait actuellement l’objet de tests  poussés en vue d’un lancement en 2020 : le rapport électronique du patient. Les informations jusqu’ici notées à la main – situation sur place, soins prodigués par l’équipage Rega – pourront dorénavant être saisies numériquement à l’aide d’une interface ergonomique optimale. Avantage : les données électroniques sont immédiatement accessibles et bien lisibles, ce qui est particulièrement utile à la pour suite du traitement à l’hôpital, ainsi qu’à la facturation ou à l’archivage.

Élargissement du champ d’intervention

Si la plupart des solutions digitales utilisées par la Rega servent à optimiser les systèmes existants, à simplifier les processus et à améliorer la sécurité, certaines lui permettent en outre d’élargir son champ d’intervention et de secourir encore plus de personnes en détresse. Grâce aux derniers progrès dans les technologies d’information et de communication de pointe, la Rega peut réaliser, pas à pas, sa vision d’un sauvetage aérien indépendant de la météo. L’approche assistée par satellite d’un héliport hospitalier est possible uniquement grâce au calcul par ordi- nateur d’un itinéraire de vol aux instruments et à des instruments de navigation redondants de haute précision, capables de situer en tout temps l’hélicoptère dans un espace tridimensionnel. Une application développée spécialement pour la Rega permet aux pilotes de consulter les dernières données météorologiques essentielles pour le vol aux instruments. Altitude du risque de givre, épaisseur de la couverture nuageuse, visibilité à l’hôpital de destination : qu’ils se trouvent à la base ou en mission, les pilotes ont accès  en permanence aux informations nécessaires à une préparation efficace de  la mission et à un vol en toute sécurité.  Les technologies de l’information jouent également un rôle majeur dans le développement du drone Rega, qui sera utilisé à l’avenir pour la recherche de personnes disparues, blessées ou malades. 

Des exigences maximales

Si les progrès technologiques rapides offrent de nombreux avantages et possibilités, la transition digitale n’en représente pas moins un défi de taille. De même que la Rega attache la plus haute importance à la sécurité de ses aéronefs et exige un maximum de  son matériel et de son personnel, elle doit aussi évaluer et tester sous un angle critique les nouvelles solutions technologiques avant leur déploiement. Son champ d’activité, qui combine médecine et aéronautique, ne laisse en effet aucune place à l’erreur et est strictement réglementé. Les ressources essentielles au développement et à la mise en place de nouvelles solutions et de nouveaux systèmes dans l’environnement Rega sont dès lors considérables. Il revient aux douze spécialistes du service informatique de la Rega  de trouver des solutions raisonnables  et adéquates, qui satisfont aux exigences extrêmement élevées en termes de sécurité et de disponibilité sans pour autant nécessiter un investissement excessif.

L’humain toujours au premier plan

Toutes les avancées et innovations technologiques mises en œuvre  à la Rega ont un point commun : elles ne servent ni à suivre simplement une tendance ni à remettre en question des processus éprouvés. Au contraire, elles doivent avoir un impact positif sur la prise en charge des patientes et des patients. « Fournir [au patient] toute l’aide dont il a besoin exige de savoir combiner la meilleure formation du personnel avec le meilleur équipement matériel pour obtenir la plus haute des performances » : le temps a passé, mais cette déclaration du Dr Rudolf Bucher, fondateur de la Rega, n’a rien perdu de sa pertinence à l’heure où les outils numériques viennent compléter les ressources à disposition des équipages. Certes, la numérisation continue de gagner en importance à la Rega, mais elle ne relègue pas pour autant l’humain au second plan. Au contraire : ce n’est qu’en collaborant avec les équipages, les mécaniciens ou les chef·fe·s d’opération que les spécialistes informatiques peuvent faire en sorte que l’innovation contribue au bon déroulement des missions – et que les personnes en détresse soient secourues de façon encore plus rapide et fiable.