Rega – Garde aérienne suisse de sauvetage

Le drone de la Rega

Le drone Rega est équipé de différents capteurs, dont une caméra thermique, et peut survoler en toute autonomie de vastes étendues. A l'avenir, ce drone est un complément à l'éventail des moyens à disposition lors de missions de recherche de personnes disparues, blessées ou malades. C'est notamment le cas par exemple lorsque les mauvaises conditions de visibilité rendent l'utilisation d'un hélicoptère impossible ou si une recherche nocturne à basse altitude est trop dangereuse en raison des câbles ou d'autres obstacles.

« Le drone ne remplacera pas l’hélicoptère de la Rega, il est complémentaire. A l’issue des recherches, nos équipages héliportés restent indispensables pour apporter l’assistance médicale jusqu’à la personne blessée ou malade. »

Sascha Hardegger, chef des opérations hélicoptère et mandant du projet

Température opérationnelle :
de – 40°C à 40°C

Altitude opérationnelle max.:
3’000 m s.m.

Capacité de charge :
10 kg (charge utile)

Capacité de recherche :
16 km² en 2 h

Autonomie :
3h

Vitesse :
120 km/h max.
80 km/h en vol de recherche

Place d’atterrissage/ de décollage :
10x10 m

Dimensions

Diamètre du rotor : 2,2 m
Longueur : 2 m
Hauteur : 50 cm

 

Récepteur GNSS

Grâce à deux récepteurs GNSS (système de positionnement par satellite) de haute précision et utilisés pour la navigation par satellite, le drone de la Rega suit au mètre près et en toute autonomie la trajectoire prédéfinie. A une altitude d'environ 80 à 100 mètres au-dessus du sol, le drone évolue au gré de la topographie du terrain. De plus, un radar est intégré au drone pour déterminer de façon fiable l'altitude au-dessus du sol.

Système FLARM et ADS-B

Le drone est équipé du système anticollision FLARM et d'un récepteur ADS-B B – un moyen pour le contrôle aérien de connaître la position des aéronefs – installés dans de nombreux aéronefs en Suisse. Les signaux FLARM sont évalués à bord. Si nécessaire, le drone ajuste automatiquement la trajectoire de vol pour éviter une collision imminente.

Procédure BVLOS

Le drone est exploité au-delà du champ visuel du pilote selon la méthode BVLOS (Beyond Visual Line of Sight). De telles procédures spéciales nécessitent une autorisation de l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) avec les analyses de risques spécifiques correspondantes.

Caméras thermiques et système de caméra dans le champ de vision

Les signaux de la caméra thermique et de la caméra du champ de vision sont catégorisés selon un algorithme développé en collaboration avec l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETH). Le drone transmet à l'opérateur au sol en forme de pixels les zones d'image dans lesquelles l'algorithme « soupçonne » une personne ; l’opérateur peut ensuite les vérifier manuellement.

Localisation de mobiles

La Rega développe également son système de drones pour la localisation des téléphones mobiles. De tels dispositifs peuvent déjà être utilisés aujourd'hui afin de rechercher depuis l’hélicoptère des personnes disparues, notamment sur mandat de la police. Cependant les dispositifs de l’hélicoptère ne sont pas adaptés au drone, c'est pourquoi la Rega a défini les adaptations nécessaires – notamment en ce qui concerne le poids et les tactiques de recherche – et a lancé, en collaboration avec un constructeur, le développement d'un appareil compatible avec l'utilisation des drones. Le prototype est actuellement testé en collaboration avec la police. Le drone de la Rega pourra ainsi localiser un téléphone portable à une distance de quelques centaines de mètres et retrouver son propriétaire avec une forte probabilité.