Navigation de service

Panier

Votre panier est vide.

Shop de la Rega

Navigation linguistique

Changer la taille de la police

Recherche

Rega – Garde aérienne suisse de sauvetage, vers la page d'accueil

Les débuts du sauvetage aérien

L’histoire commence avec quelques pilotes intrépides, puis suivent des parachutistes avec des chiens d’avalanche, plus tard encore les premiers pilotes d’hélicoptère à bord de leurs machines révolutionnaires : le sauvetage aérien se trouve encore dans les limbes, mais il est porté par un enthousiasme que rien n’arrêtera. La Garde aérienne suisse de sauvetage s’organise dans le giron de la Société Suisse de Sauvetage (SSS). Son essor en Suisse ouvre de nouvelles perspectives au sauvetage aérien international.

Un délicieux fumet monte des assiettes : le repas de midi vient d’être servi lorsque, peu avant 13 heures, une alarme met l’équipage de Rega 1 sur le pont.  L’Hôpital cantonal de Baden appelle la Rega pour transporter une patiente vers l’Hôpital universitaire de Bâle. Il s’agit donc d’une intervention secondaire – un transfert interhospitalier. Contrairement aux interventions primaires, où les équipages de la Rega apportent une assistance médicale sur les lieux de l’accident, les interventions secondaires
sont rarement une question de minutes ou de secondes.

 

Le message radio ne présage rien de bon

En général, l’équipage peut prendre le temps de finir son assiette. Mais là, pas question. Le message radio ne présage rien de bon : dissection aortique. Un cas d’urgence absolue. L’équipage rejoint donc l’hélicoptère en toute hâte. Pendant qu’Alex Itin lance les turbines et qu’Adrian Ferrari surveille les opérations, le médecin urgentiste Christian Möhrlen se plonge dans le dossier médical de la patiente. Elle s’appelle Cindy Essl et a 35 ans – « beaucoup trop jeune pour un tel diagnostic», se dit-il.

 

Vol de transfert de Baden à l'hôpital universitaire de Bâle

Le temps de vol jusqu’à Baden, dans le canton d’Argovie, est de douze minutes. « Comme à l’accoutumée, nous en profitons pour analyser le diagnostic et nous préparer le mieux possible à la prise en charge », explique Adrian Ferrari. « Dans ce cas, l’âge de la patiente interpelle. Une dissection aortique se manifeste plutôt chez des personnes entre 50 et 70 ans. Observer une maladie si grave chez une jeune patiente est inhabituel. » La patiente est au service des urgences de l’Hôpital cantonal de Baden, avec son mari auprès d’elle. « Faites attention à son épaule, elle vient d’être opérée », prévient ce dernier, alors que l’équipage de la Rega s’active autour de Cindy.

Devenir donateur 

 

Le 24 novembre, au cours d’une opération de sauvetage spectaculaire, Victor Hug et Pista Hitz, pilotes de l’Armée suisse, réussissent à évacuer, à l’aide de deux avions de type Fieseler Storch, l’équipage et les passagers d’un DC 3 Dakota américain échoué sur le glacier du Gauli, dans l’Oberland bernois. Ils sont étroitement secondés dans leur tâche par des sauveteurs alpins. Cette mission improvisée signe la véritable naissance du sauvetage aérien en Suisse.

 

1951/1952

Fredy Wissel, hôtelier à St-Moritz et, plus tard, le Valaisan Hermann Geiger se livrent à l’expérimentation systématique de la technique d’atterrissage sur glacier avec des avions équipés de skis.

 

1952

Le 27 avril, la Garde aérienne suisse de sauvetage est fondée par le Dr Rudolf Bucher lors de l’Assemblée des délégués de la Société Suisse de Sauvetage (SSS) à Douanne. La Garde aérienne suisse de sauvetage aérien GASS existe d’abord en tant que section de la SSS. En septembre, les premiers parachutistes-secouristes sont formés à Abingdon (GB) par la Royal Air Force.

Le 14 octobre, Hermann Geiger atterrit pour la première fois sur le glacier du Blüemlisalp à bord d’un Piper Super Cub, nouvel avion équipé de skis métalliques rétractables.

Le 22 décembre, le pilote Sepp Bauer effectue à Davos la première mission de sauvetage héliporté de la Garde aérienne suisse de sauvetage à bord d’un Hiller 360.

Le 25 décembre, Dr Rudolf Bucher, directeur de la Garde aérienne suisse de sauvetage, annonce sur l'émetteur radio de Beromünster que les parachutistes-secouristes et les hélicoptères sont désormais opérationnels.

1953

Durant l’hiver, les premiers parachutistes de la Garde aérienne suisse de sauvetage interviennent dans un cas d’urgence.

Le 1er février, une catastrophe sans précédent frappe les Pays-Bas : des digues cèdent à un raz-de-marée, et des centaines de villes et villages se retrouvent inondés. Les Sociétés néerlandaise et suisse de la Croix-Rouge se tournent vers la Garde aérienne suisse de sauvetage, qui répond à l’appel. Dès la nuit suivante, un avion Swissair dépose une équipe de sauveteurs dans la région sinistrée. A bord d’un hélicoptère loué, pilotes et parachutistes participent sans relâche, durant trois jours et trois nuits, aux opérations de sauvetage conduites au bord de la mer du Nord.

1954

Le 11 janvier, plusieurs villages du Vorarlberg sont ensevelis ou complètement détruits à la suite d’avalanches. La Garde aérienne suisse de sauvetage envoie 14 hommes dans la région sinistrée ainsi que six équipes cynotechniques, deux hélicoptères et un DC 3 avec, à son bord, cinq parachutistes, dont deux médecins.

1955

En mars, plus de 300'000 spectateurs assistent à une grande démonstration, sur trois jours, dans le bassin du lac de Zurich. L'objectif est de lever des fonds pour la Garde aérienne suisse de sauvetage.

1956

Le 3 juillet, deux avions civils se percutent en plein vol au-dessus du Grand Canyon, dans les Rocheuses (Etats-Unis). Les débris des deux appareils sont dispersés dans une gorge inaccessible, profonde de 1200 mètres. En quête d’une troupe d’intervention spéciale afin de dégager les corps des victimes, les Américains font appel à la Garde aérienne suisse de sauvetage.

 

1957

Le 28 février, l'Union suisse des sociétés de consommation (U.S.C) offre à la Garde aérienne suisse de sauvetage un hélicoptère de type Bell 47 J, qui sera mis à la disposition d’Hermann Geiger pour accomplir des opérations de sauvetage en Valais.

1946