Changer la taille de la police

Recherche

Rega – Garde aérienne suisse de sauvetage

Percée du sauvetage par hélicoptère en haute montagne

1970

Le 24 mai, la Garde aérienne suisse de sauvetage participe, avec un emprunt de CHF 400’000, à l’achat d’un Cessna 414 à cabine pressurisée. La première mission du HB LFM intervient le jour même, avec un rapatriement de Fréjus (France).

Du 24 au 27 septembre, à l’occasion du 2e symposium international des hélicoptères organisé par la Garde aérienne suisse de sauvetage à la Petite Scheidegg – et pour la première fois dans l’histoire du sauvetage aérien – des guides et des sauveteurs sont déposés à cinq endroits différents de la face nord de l’Eiger par des hélicoptères en vol stationnaire équipés de treuils.

1971

Le 4 juin, la Garde aérienne suisse de sauvetage se dote de son premier hélicoptère financé uniquement par des dons, une Alouette III SE 316 immatriculée HB XDF. Cet appareil, qui constituera durant plusieurs années le fleuron de la flotte de la Rega, assurera la véritable percée du sauvetage par hélicoptère en haute montagne.

Le 12 septembre, deux alpinistes allemands sont évacués de la face nord de l’Eiger à l’aide d’un treuil monté sur l’hélicoptère Lama SA 315. Il s’agit de la première mission de sauvetage direct effectuée sur cette paroi rocheuse.

1972

Depuis le 15 mai, un hélicoptère de la Garde aérienne suisse de sauvetage est stationné en permanence sur le toit de l’hôpital pédiatrique de Zurich, ce qui lui vaut le surnom d’« hélico des bébés ».

 

1973

Pour ses vols de rapatriement, la Garde aérienne suisse de sauvetage acquiert le premier avion-ambulance à usage civil du monde, un Lear 24 D. Le 30 juin, l’avion, immatriculé HB VCY, est officiellement baptisé « Henri Dunant » à Berne.

En novembre, le premier hélicoptère médicalisé biturbine est mis en service. Cet appareil, de type Bölkow 105 C, intervient depuis la base de l’hôpital pédiatrique de Zurich.

1975

Après de longues négociations, le Conseil d’Etat zurichois autorise, à l’essai, l’intervention d’hélicoptères de sauvetage lors d’accidents de la circulation.

1977

Le 20 février, la Garde aérienne suisse de sauvetage affrète une Super Caravelle pour une mission à Assouan (Egypte). Il s’agit de rapatrier des Suisses blessés dans un accident de car.

Le 5 mars, à la suite d’un grave tremblement de terre à Bucarest (Roumanie), la Garde aérienne suisse de sauvetage propose spontanément son aide. Pour la première fois, une organisation de sauvetage occidentale intervient dans un pays du glacis soviétique.

Le 30 avril, la Garde aérienne suisse de sauvetage célèbre à Kloten son 25e anniversaire. A l’occasion des festivités, le nouvel avion ambulance HB VEM est baptisé « Albert Schweitzer ».

Le 18 novembre, un premier sauvetage direct est réalisé sur la «rampe» de la face nord de l’Eiger pour évacuer deux alpinistes – une entreprise qui passait jusque-là pour impossible.

1978

Le 30 janvier, un avion-ambulance de la Garde aérienne suisse de sauvetage atterrit pour la première fois en Union soviétique. Un patient suisse est rapatrié depuis Iaroslawl.

Le 27 mai s’inscrit comme une journée noire dans l’histoire de la Garde aérienne suisse de sauvetage. Lors d’une démonstration à Berne, le câble du filet vertical se rompt. Cinq personnes font une chute de sept mètres : trois d’entre elles trouvent la mort, les deux autres sont grièvement blessées.

Les 11 et 12 juin, le camping d’Alfaques (Espagne) se transforme en véritable brasier suite à l’explosion d’un camion-citerne transportant du propylène. La Garde aérienne suisse de sauvetage affrète spécialement un DC 9 pour cette mission.

Le 24 octobre, dans le cadre des festivités entourant le 150e anniversaire du fondateur de la Croix-Rouge, Alexandre Hay, président du CICR, baptise le nouveau Lear Jet HB VFB « Henry Dunant » à l’aéroport de Genève-Cointrin.

1979

Le 12 mai, lors de leur assemblée générale à Zurich, les membres actifs de l’association Garde aérienne suisse de sauvetage décident à une importante majorité de se constituer en fondation. Celle-ci reprend les actifs et les passifs de l’association. Désormais, les dons, legs et cotisations vont à cette fondation. Le Dr Fritz Bühler est élu président du Conseil de fondation.