Changer la taille de la police

Recherche

Rega – Garde aérienne suisse de sauvetage

Avec des moyens modernes d’intervention

2010

Le 3 janvier, pour la première fois dans l’histoire de la Rega, un membre d’équipage perd la vie dans une avalanche : un médecin de la Rega est tué, en même temps que six autres personnes, lors d’une opération de sauvetage conduite dans le Diemtigtal, dans l’Oberland bernois. Alors qu’ils se trouvaient encore sur le cône d’avalanche, de nouvelles coulées de neige ont surpris et enseveli les secouristes.

30-31 janvier : Un avion équipé de la « Life-Box », une machine coeur-poumon (ECMO), effectue un vol transatlantique à 12 000 m d'altitude, en première mondiale. L'état du patient se stabilise même durant le vol.

Avril 2010 : en raison du nuage de cendres émis par le volcan islandais Eyjafjalla, l’espace aérien helvétique est partiellement fermé. La Rega stationne temporairement deux avions-ambulance en Espagne et en Italie afin de rester opérationnelle. Grâce à cette mesure, deux enfants souffrant de brûlures extrêmement graves peuvent être transférés de Bergen (Norvège) à Boston (Etats-Unis) pour être soignés dans une clinique spécialisée. 

Tenu du 19 au 21 mai, le symposium 2010 de la Rega remporte un franc succès : 150 participants issus du domaine du sauvetage aérien affluent d’Europe, d’Amérique et même d’Australie pour se rendre à Grindelwald. La rencontre est consacrée aux futurs défis posés au sauvetage aérien. Point d’orgue de la manifestation, une démonstration des techniques de sauvetage modernes a lieu devant l’imposante paroi nord de l’Eiger.

4 octobre : L’équipage Rega de la base de Lausanne accomplit la 300’000e mission depuis la création de la Garde aérienne suisse de sauvetage en 1952.

2011

1er février : La Rega lance sa propre application d’urgence pour iPhone: « iRega ». Le 5 février déjà, un randonneur en raquette donne l’alerte via iRega pour sa partenaire blessée – les coordonnées transmises par géolocalisation permettent à l’hélicoptère d’atterrir sur le lieu exact de l’accident, situé dans la région de la Furka.

2 mars : La Rega fait recours au Tribunal fédéral suite à la décision du Tribunal administratif fédéral de soumettre les contributions des donateurs à la TVA. Selon la Rega, ces dernières devraient être totalement destinées au secours aérien. 

17 mars : Le premier avion-ambulance paré de son nouveau look atterrit à l’aéroport de Zurich. Ce nouvel habillage clôture le contrôle technique complet des trois avions-ambulance après huit ans d’exploitation. 

27 juillet : Grâce à la navigation par satellite, la Rega peut désormais atterrir à l’hôpital de l’Ile de Berne même en cas de mauvaise visibilité. L’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) a accordé son autorisation pour effectuer de telles procédures d’approche via GPS : une première suisse pour un hélicoptère civil ! Les patients bénéficient ainsi d’une amélioration de leur prise en charge en cas de mauvais temps ou encore de stratus bas.

2012

16 mars : Pour la première fois dans l’histoire de la Garde aérienne suisse de sauvetage, tous les avions-ambulance de la flotte sont déployés simultanément pour une seule et même mission. Après le tragique accident de car survenu en Valais, la Rega rapatrie quatorze enfants belges dans leur pays. D’autres vols suivront le 22 mars.

27-29 avril : Deux jours durant, la Rega ouvre au grand public les portes de son siège de l’aéroport de Zurich-Kloten pour célébrer ses 60 ans. Plus de 20’000 visiteurs investissent les lieux. La Rega a également célébré son jubilé le 9 juin à la base de Lausanne, le 23 juin à la base de Berne, le 7 juillet à la base de Dübendorf et le 18 août à la Barfüsserplatz, au centre-ville de Bâle.

27 septembre : L’Aerosuisse Award est attribué à Heinz Leibundgut, chef pilote de la flotte d’hélicoptères Rega. La Fédération faîtière de l’aéronautique et de l’aérospatiale suisses reconnaît les mérites hors du commun de ce pilote en matière de sécurité et de fiabilité des vols d’hélicoptère.

3 décembre : La Rega met en service son nouveau système de gestion des interventions, une étape décisive dans l’avancée du projet REMICO (REga MIssion COntrol). Pendant les fêtes de fin d’année, le système est pour la première fois véritablement mis à contribution.

2013

8 février : La Rega met en service un simulateur de vol pour ses hélicoptères de montagne Da Vinci. Désormais, les pilotes peuvent accomplir une grande partie de leur formation au vol aux instruments (IFR) dans ce simulateur et s’entraîner à réagir à divers scénarios d’urgence qu’il était jusqu’ici impossible de reproduire aux commandes d’un hélicoptère.

1er mars : Première dans l’histoire de la Rega, une mission de sauvetage se déroule intégralement dans des conditions de vol IFR. Le patient est transféré sans heurts de Lugano à Aarau à bord d’un hélicoptère Da Vinci.

21 avril : La Rega investit sans cesse dans son infrastructure et son réseau de bases. Après deux ans de chantier, elle inaugure une nouvelle base d’intervention à Gordola, près de Locarno. La journée portes ouvertes attire un public enthousiaste.

29 avril : Après transformations, la centrale d’intervention du Centre Rega à l’aéroport de Zurich est mise en service. Elle s’articule autour d’un système de gestion des interventions ultramoderne et intégré qui permet aux chefs d’opération de coordonner les interventions en grande partie via une interface numérique et de gagner ainsi en efficacité.

22 octobre : La station radio de Zernez est la dernière du réseau Rega à être équipée de nouveaux appareils. La modernisation des 42 stations Rega réparties à travers toute la Suisse s’inscrit dans le cadre de REMICO, un important projet destiné notamment à rénover l’infrastructure radio de la Rega.

1er novembre : La Rega fête sa 2,5 millionième donatrice – la famille Kradolfer d’Erlen (TG), qui compte sept membres. Jamais autant de cartes de donateurs n’ont été en circulation, et le soutien de la population suisse aussi fort.

21 novembre : Un an après le premier coup de pioche, la Rega fête l’ouverture de sa nouvelle base d’intervention à l’aérodrome de Zweisimmen. La Rega souligne ainsi l’importance qu’elle accorde aux régions périphériques et au renforcement de la prise en charge médicale de base.

9 décembre : La Rega et Air-Glaciers adoptent une nouvelle base contractuelle pour le sauvetage aérien dans l’Oberland bernois. Désormais, la centrale d’intervention de la Rega coordonne l’ensemble des opérations dans la région.

2014

11 mars : Le car d’un groupe de touristes suisses se renverse à Grande Canarie, faisant un mort et dix-sept blessés. La Rega rapatrie à bord de ses avions-ambulance onze blessés graves sur six vols au total. La Rega dépêche sur place un médecin et un chef d’opération afin d’assurer une prise en charge optimale des personnes hospitalisées.

10 mai : La journée portes ouvertes organisée à la base de Zweisimmen attire plus de 4’000 fans de la Rega. L’occasion pour eux de jeter un regard dans les coulisses de cette nouvelle infrastructure inaugurée en novembre 2013 dans le Simmental, et d’admirer les hélicoptères EC 145 et Da Vinci de la Rega, ainsi qu’un Super Puma et un EC 635 des Forces aériennes suisses.

29 juillet : A Trondheim, un car transportant 17 touristes suisses quittela route. L’accident fait plusieurs blessés et trois morts. Une fois de plus, le dispositif de la Rega est à la hauteur de la situation : le jour même, un avionambulance s’envole pour la Norvègeavec à son bord deux médecins, un infirmier et un chef d’opération qui prennent en charge les patients et organisent leur rapatriement.

13 août : Quatre hélicoptères de sauvetage de la Rega interviennent suite au déraillement spectaculaire d’un train à Tiefencastel (GR). Deux d’entre eux se rendent immédiatement sur le lieu de l’accident, caractérisé par un terrain escarpé et impraticable, afin d’hélitreuiller les passagers, dont certains sont grièvement blessés. Les deux autres prennent en charge les patientssur une hélisurface intermédiaire pour les transporter ensuite rapidement vers les hôpitaux appropriés.triiert in ihrem Ambulanzjet ein Frühgeborenes im neuen, eigenen Transportinkubator.

22 août : La Rega rapatrie un prématuré dans son nouvel incubateur de transport à bord d’un avion-ambulance.

2 novembre : La Rega effectue son millième vol de sauvetage en réponse à une alerte lancée depuis son application d’urgence. La transmission automatique des coordonnées du patient de la centrale au cockpit garantit une intervention encore plus efficace. L’application mobile de la Rega franchit le cap des 900’000 téléchargements.

10 décembre : Comme tous les autres hélicoptères de la flotte Rega, le Da Vinci HB-ZRS dispose désormais d’un cockpit équipé pour le vol aux instruments.

 

2015

31 janvier : une avalanche emporte sept skieurs au Piz Vilan dans les Grisons. Les opérations de secours mobilisent cinq hélicoptères – dont trois de la Rega –, huit sauveteurs du Club Alpin Suisse CAS et un chien d’avalanche. Trois personnes sont retrouvées mortes. Les quatre autres, grièvement blessées, peuvent être dégagées et transportées à l’hôpital.

26 février : un hélicoptère de sauvetage de la Rega connaît un atterrissage particulièrement difficile à l’approche de la base d’intervention d’Erstfeld. Sur les quatre collaborateurs à bord, trois doivent être transportés à l’hôpital.

9 avril : la question du renouvellement de la flotte d’avions-ambulance est résolue. Réitérant sa confiance au constructeur Bombardier, la Rega disposera dès 2018 de trois nouveaux Challenger 650 dotés d’une avionique de pointe, de réacteurs plus performants et d’une cabine mieux insonorisée – pour le confort des patients et de l’équipage.

11 mai : les hélicoptères EC 145 des quatre bases de plaine sont désormais équipés de civières à roulettes dont le châssis escamotable permet un transport encore plus confortable des patients. Ces dispositifs, compatibles avec l’incubateur de transport, sont en outre pourvus du premier Pack Rack au monde, un support pour appareils médicaux conçu pour l’aéronautique.

21 juin : la Rega modernise son système de gestion des affiliations afin de mieux servir ses donatrices et donateurs. Le nouveau logiciel adopté permet notamment de combler une lacune : par le passé, seule une carte de donateur pouvait être établie par affiliation familiale ; désormais, chaque personne affiliée reçoit une carte à son nom.

13 juillet : la Rega teste une route de vol aux instruments (IFR) reliant l’Engadine à l’Hôpital cantonal de Coire, via le col du Julier. Des instruments de mesures enregistrent en continu les coordonnées exactes de l’hélicoptère afin de vérifier la précision du pilote automatique. Cet itinéraire IFR, qui fait partie du Low Flight Network, doit permettre à l’avenir d’héliporter des patients également par mauvais temps.

30 septembre : la Rega vit un été intense en raison du beau temps persistant. De juin à septembre, les équipages de ses douze bases hélicoptères sont intervenus à plus de 3’600 reprises.

30 novembre : la Rega installe sa propre station météo sur le toit de l’Hôpital de l’Ile à Berne. Ce dispositif fait partie d’un réseau de stations de mesure et de webcams appelées à fournir aux pilotes de la Rega des données météorologiques actualisées en continu – des informations sans lesquelles aucun vol aux instruments ne peut avoir lieu.

1er décembre : la Rega commande trois nouveaux hélicoptères tout temps de type AW169-FIPS auprès du fabricant italien AgustaWestland. Dotés d’un système de dégivrage, ces appareils biturbines remplaceront dès 2021 une partie de la flotte actuelle. Cette acquisition marque une étape décisive en vue de l’avènement d’un sauvetage aérien affranchi des contraintes météorologiques.

2016

26 avril : la dernière des six stations météo de la Rega est installée et mise en service à l’aérodrome de Bressaucourt (JU). Equipée notamment d’un télémètre de nuages et de capteurs permettant de déterminer le type de précipitations ou les conditions de visibilité, elle fait partie du nouveau réseau national de stations météo et de webcams de la Rega. Celui-ci fournit aux pilotes des données de vol actualisées en continu – un prérequis pour le vol aux instruments.

31 août : dernier arrivé de la flotte Rega, un hélicoptère Airbus H125 immatriculé « HB-ZRJ » est acheminé par les airs depuis le sud de la France jusqu’en Suisse. A partir du printemps 2017, il sera utilisé avant tout à des fins d’entraînement et de formation, notamment pour initier la relève de pilotes au vol en montagne et au transport de charges.

30 septembre : au cours de l’été, les équipages d’hélicoptères de la Rega enchaînent les missions, tandis que la centrale d’intervention traite un nombre inhabituel d’appels d’urgence depuis l’étranger. Jusqu’à 25 personnes par jour sollicitent les conseils des médecins de la Rega. De juin à septembre, plus de 500 voyageurs blessés ou gravement malades sont rapatriés par avionambulance ou par avion de ligne.

29 octobre : la Rega organise à Saint-Gall le deuxième symposium du sauvetage aérien d’Europe centrale. Au coeur de l’évènement : des présentations sur le sauvetage aérien mais aussi des échanges sur le matériel médical et des cas
d’études menées par des experts.

9 décembre : à Meiringen, la Rega signe un contrat portant sur l’achat de six hélicoptères Airbus H145, les successeurs
des EC 145. Ces nouveaux aéronefs plus spacieux remplaceront dès 2018 la flotte d’EC 145 des bases de plaine.

14 décembre : le premier des trois nouveaux avions-ambulance Challenger 650 de la Rega a pris son envol. Il est acheminé par les airs de l’usine Bombardier de Montréal à Peterborough, près de Toronto où l’intérieur conforme aux aéronefs Rega sera aménagé. Son cockpit est opérationnel. Restent l’aménagement de la cabine et une peinture aux couleurs de la Rega en lieu et place de son vert d’origine.

19 décembre : la Rega transporte sa première patiente au-dessus du Gothard en suivant un itinéraire de vol du Low Flight Network (LFN). Ce réseau basé sur la navigation par satellite permet aux pilotes d’hélicoptères de voler aux instruments même par mauvaise visibilité. Depuis décembre 2016, ses axes principaux (nord-sud et est-ouest) sont ouverts la journée pour les opérations de sauvetage. Un pas de plus vers la concrétisation d’un objectif prioritaire de la Rega : sauver par tous les temps. 

2017

7 mars : Ernst Kohler, CEO de la Rega, inaugure le nouvel héliport de l’hôpital d’Interlaken. Soucieuse d’améliorer encore la sécurité de ses patients et équipages, la Rega apporte ses conseils et son expertise, mais aussi une contribution financière à la modernisation des héliports hospitaliers de Suisse. Outre l’hôpital d’Interlaken, ceux de Frutigen (BE), Nyon (VD) et Thusis (GR) ont été dotés en 2017 de nouveaux héliports réalisés avec le soutien de la Rega.

1er juin : progrès médical en miniature – la Rega équipe ses hélicoptères et avions­ambulance de vidéo­laryngoscopes novateurs permettant la visualisation des voies respiratoires assistée par l’imagerie. Les équipages Rega disposent ainsi d’un appareil qui, après avoir fait ses preuves en milieu hospitalier, a été perfectionné pour pouvoir être utilisé à bord et sur le terrain. Lors des missions de sauvetage, l’image affichée à l’écran est bien visible, même en plein soleil ou sur un glacier.

30 août : avec la mise en service de ses dernières webcams au Lago di Lucendro (col du Saint­Gothard), la Rega achève un vaste projet engagé il y a plusieurs années sous le nom de « Thor ». Une soixantaine de stations et caméras météo installées partout en Suisse fournissent à ses pilotes d’hélicoptères des données actualisées en temps réel, directement dans le cockpit. Ces informations précises sont nécessaires au vol aux instruments (IFR) – et indispensables à un sauvetage aérien indépendant de la météo.

18 septembre : la Rega lance un appel à la population afin d’identifier les obstacles de faible hauteur entravant la navigation aérienne. Les câbles et autres fils déployés à moins de 25 mètres de haut ne sont en effet pas obligatoirement signalés à l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) et ne figurent donc sur aucune carte. Pour les pilotes d’hélicoptères, ils représentent pourtant un grand danger, car ils peuvent endommager les aéronefs, voire provoquer leur chute. La Rega a entrepris de répertorier les obstacles de ce type dans sa propre base de données.

23 décembre : la Rega est autorisée par l’OFAC à utiliser 24h/24 des points de jonction du Low Flight Network, un réseau d’itinéraires IFR fondé sur la navigation par satellite. Les aérodromes militaires d’Emmen et de Meiringen ainsi que l’héliport de l’Hôpital de l’Ile, à Berne, figurent parmi les places d’atterrissage concernées. Pour la Rega, il s’agit là d’un nouveau pas vers la concrétisation de sa vision: « sauver par tous les temps ». 

2018

17 avril : le nouvel avion-ambulance de la Rega, le Challenger 650 du constructeur canadien Bombardier, immatriculé HB-JWA, atterrit à l’aéroport de Zurich pour la conférence de presse annuelle de la Rega. Accueilli sous le traditionnel jet d’eau des pompiers, il est le premier des trois nouveaux avions-ambulance à venir remplacer la flotte CL-604, entièrement renouvelée fin 2018.

27 mai : les deux journées portes ouvertes attirent près de 15’000 visiteurs au Centre Rega à l’aéroport de Zurich. C’est l’occasion de découvrir les rouages de la Garde aérienne suisse de sauvetage et d’observer pour la première fois de près le tout nouvel avion-ambulance Challenger 650. Pilotes d’hélicoptère et d’avion-ambulance, sauveteurs professionnels, médecins urgentistes, mécaniciens, chefs d’opération et autres collaborateurs de la Rega ouvrent la discussion sur place et répondent aux questions.

10 octobre : la Rega retrouve durant la nuit une personne disparue au Niesen (BE) à l’aide du système de recherche multisenseurs (IR/EOS). Intégrée à l’hélicoptère de la Rega, cette technologie de pointe est gérée par un opérateur spécialement formé à cet effet. Une caméra thermique ultra-précise, des senseurs optiques, une console informatique dans le cockpit et un projecteur permettent d’effectuer des recherches aériennes de personnes efficaces et étendues, de jour comme de nuit.

23 octobre : l’Airbus Helicopters H145, nouvel hélicoptère de la Rega, effectue sa première mission. L’équipage de la base Rega de Berne transfère en urgence un patient gravement malade du centre hospitalier de Bienne à l’Inselspital à Berne. Doté d’une cabine spacieuse, le H145 est taillé sur mesure pour les transports de malades en soins intensifs reliés par exemple à une machine coeur-poumon.

2 novembre : pour fêter la 50’000e donatrice de la ville de Berne, la Rega présente son nouvel hélicoptère H145 et atterrit sur la Place fédérale. Le public découvre ainsi pour la première fois le nouvel hélicoptère de sauvetage de la base d’intervention bernoise et découvre ses particularités avec l’équipage bernois.

2019

14 février : à bord de son nouvel avion-ambulance, la Rega transporte une patiente reliée à une machine cœur-poumon mobile (ECMO) de Londres à Kaohsiung à Taiwan. Le vol dure 14 heures et demie et constitue la plus longue mission ECMO jamais accomplie avec une patiente en soins intensifs et reliée à une machine cœur-poumon mobile. Une étroite collaboration de la Rega avec l’Hôpital universitaire de Zurich tout comme les efforts déployés depuis de nombreuses années par la Rega pour utiliser des équipements médicaux de haute technologie à bord de sa flotte ont permis la réussite de cette intervention.

8 mars : le plus ancien des avions Challenger CL-604 de la Rega, immatriculé HB-JRA, est transféré par voie d’eau d’Alpnach au Musée suisse des transports à travers le lac des Quatre-Cantons. Au cours de 16 années de bons et loyaux services, cet aéronef a rapatrié plus de 4'400 patientes et patients du monde entier vers la Suisse. Depuis la mi-avril, il complète l’exposition permanente de la Rega au Musée suisse des transports. La population suisse peut le visiter au musée, l’avion poursuit ainsi son service rendu à la population suisse.

15 mars : l’équipage zurichois de la Rega présente « son » nouvel hélicoptère de sauvetage Airbus Helicopters H145 à la population à la gare centrale de Zurich.  Dans le hall, les visiteuses et visiteurs découvrent de près le nouvel aéronef et un aperçu passionnant de l’univers de la Rega.

12 avril : la Rega présente un nouveau moyen pour la recherche de personnes en détresse : le nouveau drone développé par la Rega vole de manière autonome au-dessus de vastes étendues de recherche. Il est équipé de différents capteurs, dont une caméra thermique. À l’avenir, il viendra s’ajouter aux outils de recherche de personnes disparues, blessées ou malades, par exemple lorsque l’hélicoptère doit rester au sol en raison de mauvaises conditions de visibilité.

28 avril : pour la première fois, un équipage de la Rega vol vers l’Hôpital universitaire de Zurich grâce à la procédure de vol aux instruments dans des conditions de mauvaise visibilité. Le patient nécessitait un transfert le plus rapide possible au centre hospitalier pour une opération urgente du cœur. Quelques semaines auparavant, l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC) avait approuvé les nouvelles procédures d’approche de la Rega vers l’Hôpital universitaire de Zurich et l’Hôpital cantonal de Winterthur.

14 septembre : d’innombrables visiteuses et visiteurs assistent à l’atterrissage du nouvel hélicoptère de sauvetage sur le terrain de l’Olma (Foire nationale de l’agriculture et de l’alimentation) à Saint-Gall. Au début juin, le nouvel aéronef Rega de type Airbus Helicopters H145 était en effet entré en service sur la base de Saint-Gall. L’équipage a présenté « son » nouvel hélicoptère à la population saint-galloise.

21 novembre : la Rega est plus que jamais ancrée dans la population suisse et accueille sa 3,5 millionième donatrice. Afin d’illustrer un immense merci à l’ensemble de ses donatrices et donateurs, l’institution a invité sa 3,5 millionième donatrice à se plonger dans les coulisses de la Garde aérienne suisse de sauvetage. Seule la solidarité de ses donatrices et donateurs permet à la Rega de fournir des soins médicaux primaires par voie aérienne au bénéfice de toute la population suisse 24 heures sur 24.